Journée d'étude & projections : Cinéma en sciences sociales

Évènements
Date: 7 mars 2018 16:15

Comment les chercheurs en sciences humaines et sociales se servent­‐ils du cinéma pour intervenir dans la société ? Comment le cinéma se nourrit‐il des sciences humaines et sociales ?

7 mars 2018, à partir de 16h15

MSH Sud, Site Saint-Charles 2, Auditorium

Journée d'étude et projections organisées par : Festival Paul Va au Cinéma & MSH Sud/PLATEM

A partir de 18h15 :

Masterclass « Cinéma & Recherche : voir autrement? » : Manon Ott et Grégory Cohen (Centre Pierre Naville, Université d'Evry)

Durant plusieurs années, ces deux chercheurs et cinéastes ont partagé un même terrain de recherche, dans un quartier populaire de la ville des Mureaux, en région parisienne, où ils ont habité et mené leurs recherches en immersion. Parallèlement à un travail de thèse en sciences sociales, ils ont chacun réalisé un film : "De cendres et de braises" (Manon Ott) et "La cour des murmures" (Grégory Cohen). Ils proposent ainsi deux regards sur ce territoire de banlieue, mais aussi deux façons différentes de penser la rencontre entre cinéma et recherche. Les outils du cinéma rendent ici possible l’émergence d’une « parole cinématographique » permettant aux habitants de ces quartiers de se raconter eux-mêmes de manière poétique (Manon Ott) ou fictionnée (Grégory Cohen). Et, par ce biais, la question de cinéma rejoint celle de la recherche : dans ces territoires surmédiatisés, comment voir autrement ? 

En revenant sur la fabrication de leurs films, les deux cinéastes et chercheurs parleront de la façon dont le recours au cinéma est venu bouleverser leurs façons de faire de la recherche en sciences sociales en les invitant à d’autres modes de rencontres avec les habitants des quartiers des Mureaux, mais également en entrant avec ces derniers dans un processus de recherche et de création partagée.  Ils reviendront ainsi sur la façon singulière dont ils ont mis en scène leurs paroles dans leurs films, ainsi que sur la tension et le dialogue fécond entre travail scientifique et travail artistique qui habitent leurs recherches et leurs films respectifs.

Cette Masterclass s’appuiera sur des extraits de :

Capture decran 2018 03 01 a 18.45.39

DE CENDRES ET DE BRAISES, Un film de Manon Ott / documentaire, noir&blanc, 72 min, 2018

Portrait à la fois sensible et politique d’une banlieue ouvrière en pleine mutation, De Cendres et de Braises nous emmène à la rencontre de ses habitants : une traversée de la nuit jusqu'au petit matin, où parlant de leurs vies, ils expriment aussi leur révolte et leur quête de liberté.

Capture decran 2018 03 01 a 22.33.39

LA COUR DES MURMURES, Un film de Grégory Cohen / fiction - documentaire, couleur, 49min, 2017

Dans une cité de la banlieue parisienne, un réalisateur propose à une bande d’adolescents de tourner une adaptation contemporaine du roman de Laclos Les liaisons dangereuses. Les enjeux de réputation, la place de la rumeur, les amours cachés… tout dans le roman semble un bon moyen de revisiter le décor de la cité. Mais les jeunes ne voient pas les choses du même œil : pour eux, le film est impossible car "le quartier ne fait pas de place à l'amour!". Peu à peu un autre film s’invente entre fiction et documentaire : la vie et le cinéma se mêlent et la parole des jeunes se libère.

Et dès 16h15 :

Le Master 2 de realisation documentaire Ateliers Varan-UM3 : Guillaume Boulangé (coordinateur), Séverine Vanel (monteuse Varan) et les étudiants du Master 2018
Ce Master professionnel, soutenu par le programme "Expérimental Recherche et Innovation" (ERI) de la Région Occitanie, associe dans une même formation des enseignants-chercheurs universitaires et des encadrants professionnels de l’image. Le village cévenol de Lasalle devient l’espace éphémère où se rencontrent ces deux univers, loin du tumulte urbain, autour d’une éthique du cinéma documentaire. Car « l’esprit Varan », c’est un héritage de Jean Rouch, porté par une école qui défend une relation à l’autre : le réalisateur se met au service de son sujet, de ses personnages, il doit définir son point de vue, situer son regard, s’intégrer et être à l’écoute. Le principe de cette formation professionnalisante est d’apporter un bagage théorique aux stagiaires sur les deux premiers mois (novembre-décembre) et de réaliser, ensuite chacun leur film sur les deux autres mois (janvier-février). Ainsi, ce sont 9 films qui vous sont donnés à voir :

Consultez le programme !